Index du Forum


Site...... HFT...... Facebook


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Interview post "Illicite" 1992

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Autour de Jacques -> Actualité
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
NASCIMO

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2011
Messages: 95

MessagePosté le: Mer 29 Avr - 10:30 (2015)    Sujet du message: Interview post "Illicite" 1992 Répondre en citant

Jacques Fligelin sur les rands b ul yards
Le -fou du- ReX
Jeune papa ébloui d'une «petite gonzesse » qu'il célèbre dans son nouveau disque,
le grand Jacques confirme : il n'arrivemjarnais à grandir
Le Nouvel Observateur. — Vous disiez de vous,
dans une sorte de confession pseudo-nécrologique
recueillie par Jacques A. Bertrand (1) : « lise
prenait à la fois pour Charles Trenet, Elvis
Presley et Jean Nohain. «De ces trois pères, lequel
domine aujourd'hui ?
Jacques Higelin. — Tous les trois. Et beaucoup
d'autres. Je n'arrête pas de m'inventer des ancêtres.
Peut-être est-ce ma façon de bouger, d'évoluer.
N.O. — Dans « Illicite », la chanson-titre de votre
dernier CD, vous dites: Il n'y a que l'interdit qui
m'excite/Qui pique mon imagination. » C'est une
nouveauté ?
J. Higelin. — Une vieillerie au contraire, de
l'Higelin traditionnel. J'ai toujours été attiré par
l'étrange, le délirant, la folie, la sensualité...
N.O. — Mais « Illicite » ne correspond pas à la
tonalité générale de l'album. On s'attend à des
spasmes de plaisir pervers et on entend un grand
cri de joie innocente. Tromperie sur la marchandise,
non ?
J. Higelin. — Vous charriez! Il m'en est arrivé une
bien bonne : je suis devenu père...
N.O. — Vous l'étiez déjà... Deux fils, Arthur,
25 ans, Kent, 19...
J. Higelin. — Oui, bien sûr. Mais c'était différent.
Devenir papa à 50 balais, ça vous donne un coup
au plexus. Au départ, quand Aziza
'
ma femme,
m'a annoncé qu'elle attendait un enfant, je n'étais
pas très chaud... Mais quand j'ai vu Izia, ma petite
gonzesse, qui venait de naître, j'en ai eu le souffle
coupé. Izia m'a rendu heureux alors que j'avais
quelques raisons de ne pas l'être. Mes 50 berges
d'abord : c'est un tournant, on change de cap
quoi qu'on dise, on commence à descendre... La
naissance d'Izia m'a fait oublier presque tout le
reste. Je suis redevenu adolescent.
N.O. — Vous ne l'étiez donc plus ?
J. Higelin. — Si, bien sûr. L'adulte n'est qu'un
enfant qui vieillit. Et, comme j'ai toujours aimé les
gosses, je le suis resté. .Mais Izia m'a donné
quelque chose de plus. Il a fallu que je la touche,
que je la caresse, que je respire son souffle... Il y
a un rapport charnel entre un père et sa fille, même
quand elle est toute petite. Il a fallu que je le
chante... Ceux qui prêtaient des pensées incestueuses
à Serge Gainsbourg n'ont rien compris à
ce qu'est la paternité. Maintenant, moi je sais.
N.O. —Dans la présentation de votre album, vous
faites parler votre mère...
J. Higelin. — Oui. Elle égrène nos souvenirs
communs. J'avais oublié, elle pas, que tout petit
j'ai gagné des concours de chanteurs amateurs
92 /LE NOUVEL OBSERVATEUR/ARTS SPECTACLES
JacquesHigelin
organisés par Banania et la Pie qui chante. Bah !
J'ai retrouvé la Pie qui chante avec Diane
Dufresne et Banania avec Mory Xante... non, je
plaisante ! J'étais béat d'admiration quand j'ai
chanté avec Diane et avec Mory. En fait, je n'aime
pas tellement me plonger dans le passé.
N.O. — A cause de vos échecs ?
J. Higelin. — Non, je ne regrette rien. Au
contraire, chaque coup reçu m'a permis d'avancer,
de m'améliorer. Ce qui me met en rogne, c'est
autre chose. Les gens qui te disent : «Je t'aimais
bien avant. Maintenant tu as changé. » Je demande:
e Quand m'as-tu vu pour la dernière fois?
—A Mogador. »Mogador, c'était en 1981. Je le fais
remarquer. Alors, le gars : « Tu sais, depuis, je me
suis marié, j'ai eu des enfants, je ne sors plus
beaucoup le soir. » C'est pourquoi je préfère les
vrais jeunes aux gens qui viennent à mes concerts
pour retrouver leur jeunesse.
N.O. — Ces derniers la retrouvent vraiment. Vous
êtes resté pour eux l'adolescent « Tête en l'air » qui
jongle avec les mots et les idées...
J. Higelin. — Si l'on veut. Encore que l'âge...
Mieux vaut ne pas y penser. En fait, le pire
monstre, c'est la raison. On devrait vivre dans un
univers magique.
N.O. — On retrouve ici le Higelin « philosophe »,
celui qui improvise entre deux chansons. Le
Higelin « politique » aussi. Il participait aux fêtes
de l'extrême-gauche et semblait avoir un peu
disparu...
J. Higelin. — Pas vraiment. J'ai fait beaucoup de
choses ces dernières années, mais je commençais
à en avoir un peu marre, ça devenait systématique.
Alors je me suis mis un peu en retrait. Pas pour
longtemps. Mon amie Béatrice Soule qui produisait
la série de films pour Amnesty International
m'a demandé d'y participer. J'ai accepté, bien sûr.
Pour Amnesty. Et pour Béatrice.
N.O. — Et votre vieil anticléricalisme ?
J. Higelin. — Il demeure. Je n'aime pas les curés.
N.O. — Pourtant, vous avez écrit et enregistré
« Criez priez»...
J. Higelin. — Ça n'a rien à voir. e Criez priez)) c'est
la naissance. Cette chanson, je l'ai enregistrée à
Dakar. Béatrice Soulé m'a amené Doudou
N'Diaye Rose et les enfants de la chorale de Julien
Jouga. Il y avait aussi Youssou N'Dour et Johnny
Clegg. Cela a créé une atmosphère, un climat.
g Une chanson, c'est toujours une émotion, le
témoignage d'un instant exceptionnel. Dans ce
disque, il y a beaucoup d'autres moments privilégiés.
N.O. — Dans votre confession posthume dont
nous parlions au début de cet entretien, vous
disiez: «Même quand il jouait tout seul, au piano,
on avait l'impression qu'il avait derrière lui le
grand orchestre de Ray Ventura et une cinquantaine
de girls.>)
J. Higelin. — Je fais toujours autant de bruit. Le
bruit, c'est la vie, et quand le bruit devient
musique
'
une sorte de grand bonheur vous vient
à l'âme. Comme si la magie s'était emparée de
vous et que, du reste, rien n'avait vraiment
d'importance.
Propos recueillis par
LUCIEN RIOUX
(I) « Higelin », par Jacques A. Bertrand, éditions
Bernard Barrault.
jacque.s Higelin est au Grand Rex (20 h 30 tous
les soirs, sauf lundi; dimanche à 17 h 30).-Jusqu'au
9 févrzer.
Son nouveau CD, « Illicite », est disponible chez
EMI-Pathé-Marconi.
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Mer 29 Avr - 10:30 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Chériche

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2009
Messages: 485

MessagePosté le: Sam 16 Mai - 13:12 (2015)    Sujet du message: Interview post "Illicite" 1992 Répondre en citant

Je crois que je le préfère maintenant, humainement parlant, le Jacques. 
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:21 (2017)    Sujet du message: Interview post "Illicite" 1992

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Autour de Jacques -> Actualité Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com